vendredi 29 avril 2016

Jolie balade dans le Sud-Ouest


Le "Club Vins étonnants" de Limoges s'est tenu mercredi dernier dans un nouveau restaurant au nom sympathique de Déjeuner sur l'herbe. Cela donne tout de suite faim et soif ! Il y avait quelques vins du Sud-Ouest que je brûlais de faire découvrir à mes amis dégustateurs. Allons-y donc pour une soirée Sud-Ouest, tout en ayant conscience d'avoir fait de grosses impasses : pas de Jurançon, de Madiran, de Fronton, de Buzet...  Promis : nous en ferons une autre l'hiver prochain !


Florent, le chef, nous avait préparé de délicieuses mises en bouches avec des piquillos, des légumes confits à l'huile d'olive, et des "rillettes" à base de poulet, de veau et d'herbes aromatiques. Avec celles-ci, du Raides Bulles pour avoir la frite toute la soirée ! Bon, là, ce n'est pas une boisson énergisante mais une méthode gaillacoise (plus chic que pét' nat'). C'est un moût de raisins (Syrah, Duras, Braucol, Jurançon et peu de Mauzac) que l'on met en bouteille lorsqu'il a atteint 7-8 % d'alcool. Cela refermente un peu (1%), créant du gaz carbonique,  tout en gardant du sucre. An final, un vin finement pétillant, peu alcoolisé (9.5 %) et légèrement doux. C'est fruité, gourmand, joyeux même. Et effectivement, nous avons eu la frite toute la soirée !*


L'entrée était assez étonnante : une sorte de bruschetta avec du poireau béchamel gratiné et deux œufs mollet coulant à souhait. Un joli jeu de textures et de goûts. Pour l'accompagner, un "match" entre deux Bergeracs blancs : à ma gauche la Cuvée des Conti 2014 de la Tour des Gendres (50% Sémillon,  40 % Sauvignon et 10% Muscadelle) ; à ma droite Andréa 2013 de Tirecul la Gravière (70 % Sémillon et 30 % Muscadelle). Les fans de Sauvignon eussent préféré la Conti, mais ils étaient très minoritaires absents hier soir. Alors que tout le monde a adoré Andréa, chef inclus (il a dégusté tous les vins de la soirée). Comme moi, dis donc !Ça rassure ;-)


Suivait un vrai plat du Sud-Ouest : du confit de canard avec des pommes de terres sarladaises. Comme là-bas, dis ! Avec un nouveau "match" : à ma gauche les Rougiers 2010 du domaine du Cros  (100 % Mansois = Fer Servadou) et à ma droite le Champ d'Orphée 2014 de Stéphane Lucas (100 % Braucol = Fer Servadou). Le premier est fin, tendu, classieux, avec des tanins très fins, mais avec un côté intello austère ; le second est plus dense, plus charnu, plus fruité et sensuel.  Il remporte quasiment tous les suffrages (mais j'aime beaucoup le premier, dont je parlais il y a peu ICI).


Je n'imaginais pas faire une soirée Sud-Ouest sans Cahors. J'avais choisi une cuvée La Roque 2014 sans sulfites ajoutés du Mas del Périé. Le seul vin que j'avais carafé car il était un peu réduit à l'ouverture. Cela lui a fait du bien : c'était une p... de bombe fruitée d'une fraîcheur vivifiante, au charme totalement irrésistible. LE vin rouge de la soirée (même si on peut trouver plus de profondeur au Champ d'Orphée). Le Saint-Nectaire ne lui pas du tout nui.


Pour finir, un dessert à base de fruits exotiques, avec du croustillant, du caramélisé et du glacé. Avec deux vins, là encore : à  ma gauche, un Monbazillac les Pins 2013 de Tirecul la Gravière ; à ma droite, un Château Tirecul la Gravière 2011 (pas vendu chez nous : cadeau du propriétaire lors d'un récent passage au domaine, mais on vend le superbe 2008). L'idée était de montrer la différence de niveau entre la "petite" cuvée du domaine et celle située au-dessus. Comparaison difficile pour les Pins, car 2013 est certainement l'année la plus légère jamais faite. Le millésime 2014 sera plus concentré. Logiquement,le château 2011 dominait largement le débat en terme d'intensité, de richesse, de gourmandise. Le pauvre Pins 2013 semblait bien austère (alors que bu seul, il est très sympa. Je dirais même idéal pour ceux qui ont du mal avec les vins liquoreux qu'ils jugent trop lourds). En tout cas, nous nous sommes vraiment régalés, l'accord avec le dessert fonctionnant très bien.

Nous reviendrons le mois prochain, avec pour thème ... la Provence !