mercredi 26 juillet 2017

Tierra de Forcallat : le plus régressif des vins nature


Dans une vie antérieure,  il s'appelait El Juncar. Vous ne l'avez peut-être pas vu passer dans nos rayons, car il ne faisait qu'une brève apparition. Faut dire qu'un vin blanc espagnol bio, sans soufre et sans défaut à 8 € la bouteille, ça ne court pas les rues françaises. Désormais, il s'appelle Tierra de Forcallat qui est un hommage à la vigne centenaire de Forcallat blanca sans qui il n'existerait pas. 

Pour info, le Forcallat blanca est loin d'être un cépage en voie de disparition : c'est l'un des nombreux synonymes de l'Airén qui représente ... 30 % du vignoble espagnol. C'est un peu l'équivalent de l'Ugni blanc chez nous : ses très grosses grappes donnent des vins légers et pas trop typés, parfaits pour être distillés en Brandy.

Par rapport aux deux millésimes précédents, on sent une inflexion dans la macération pelliculaire qui le tirait vers le vin orange : cette année, il fait plus "blanc classique" ... mais pas trop tout de même. 

La robe est jaune pâle aux reflets rosés et argentés.

Le nez est plutôt fin, sur d'étonnantes notes de banane mûre, de yaourt à la pêche et de thé blanc (et

La bouche est ronde, pulpeuse, agréablement fraîche, avec toujours ces notes yaourtées  qui donnent un peu l'impression de boire un Yop ®. C'est assez malin, cette affaire : on fait dans le total régressif tout en passant pour un adulte responsable. Bon, ce n'est pas QUE ça. Il y a une fluidité, un côté "eau de roche", pour peu qu'on l'aère et le fasse un peu remonter en température. 

La finale a une fine mâche épicée, gourmande (avec toujours la même aromatique) avec une certaine salinité. D'aucun trouveront que ce n'est pas d'une longueur phénoménale. Ils auront raison. On a plus long en magasin. Mais c'est plus cher....