vendredi 28 août 2015

Aldebertus : encore meilleur que 2013 !


J'avais dit le plus grand bien du millésime 2013 d'Aldebertus. Ça, c'était avant que je goûte 2014. Finalement, si l'on compare à son cadet d'un an, il apparaît juste correct. Bon, j'exagère sûrement un peu. C'est surtout pour vous faire comprendre que ce 2014 est une petite merveille, et qu'il serait dommage de passer à côté.

La robe est or pâle, aux reflets argentés.

Le nez réussit à être fin tout en étant très aromatique : fleurs (chèvrefeuille, rose), fruits (pêche, abricot), avec une pointe de coco/gingembre.

La bouche est ample, sphérique, avec une matière sachant être à la fois aérienne et voluptueuse, tout en gardant sa grande intensité aromatique. Le tout est élancé, sans lourdeur aucune.

La finale est dans la continuité, avec une fine mâche gourmande, et une belle rétro-olfaction qui pointe son nez. On perçoit un peu de sucres résiduels, mais ils sont parfaitement intégrés.

Bref, il offre toute la beauté d'un Condrieu lorsqu'il est réussi, si ce n'est qu'il ne vaut qu'un tiers du prix des cuvées abordables (11.80 €). Après, à vous de voir si vous servez à vos convives du vin ou une étiquette...


PS : le vin s'est en fait goûté de façon optimale à la température de  notre entrepôt (15-16 °C dans la partie non climatisée) à l'ouverture de la bouteille. Il correspond alors à la description faite ci-dessus. Lorsqu'on le rafraîchit, je trouve qu'il perd de sa complexité et de son harmonie. La texture est moins sensuelle. Le vin semble plus monocorde, presque raide. Seule la finale y gagne, plus expressive et plus longue. C'est bien sûr une perception très personnelle, mais je vous engage à faire le test.