Newsletter octobre 2013

Après la torpeur de l'été, septembre a démarré en fanfare! Priorité aux commandes plutôt qu'aux newsletters, voici l'explication du silence radio !

Nous avons dépassé les 1000 références au catalogue dont les 3/4 en stock. Nous laissons à dessein les vins en rupture et suivis tous les ans sur le site (du style Ganevat) pour vos permettre de laisser une "alerte stock". Vous pouvez ainsi être informés par email de la disponibilité de la référence. 

Pour éviter une lettre indigeste, toutes les nouveautés ne sont pas présentées ici. Une deuxième lettre doit suivre d'ici peu. Nous vous invitons néanmoins à consulter les rubriques "Nouveautés" du site sur septembre et octobre 2013

Information importante pour nos clients belges et luxembourgeois. Tournée de livraison prévue fin octobre. Possibilité de se faire livrer pour 11€ seulement forfaitaires, commande de 12 bouteilles minimum. Pour ce faire, veuillez choisir "Livraison Belgique/Luxembourg fin octobre" dans le type d'expédition.

Sur le front de la com', deux  médias ont pensé à nous.

Tout d'abord l'excellent site d'informations en ligne (et c'est sincère) via le blog d'Antonin Iommi-Amunategui nous a classé dans les 12 meilleurs cavistes en ligne (très orienté bio/nature il est vrai)


http://blogs.rue89.com/no-wine-is-innocent/2013/09/03/vin-les-douze-meilleurs-cavistes-en-ligne-231028





Jean Zeid, le spécialiste des nouvelles technologies sur FranceInfo nous a contacté pour une interview groupée avec 2 autres intervenants "indépendants". Le sujet est passé le 12 septembre à 19h45. Hélas, FranceInfo n'a mis en ligne que la première interview groupée qui a été diffusée à 17h20 avec des poids lourds du secteur. Vin-Malin (groupe Casino) et Lavinia (5 magasins+Caves Augé+Vins du Monde+...) 
http://www.franceinfo.fr/economie/le-17-20-numerique/les-foires-aux-vins-penser-a-internet-1139635-2013-09-12
Quand on connaît les budgets communication de ces groupes, ce passage ne va pas changer grand chose pour eux, ce qui n'est pas le cas d'entreprises comme la nôtre. Dommage...

Le clin doeil de Delize sur l'actualité!


Et maintenant place aux vins !

CHAMPAGNE

Bourgeois-Diaz



Le chaînon manquant entre les deux cuvées déjà dispo à Vins étonnants : la Brut Nature (zéro dosage) et la Cuvée distinguée (9 g de sucre par litre). Composée comme ses sœurettes de 45 % Pinot meunier, 35 % de Pinot noir et de 20 % de Chardonnay, elle est dosée à 5 g par litre (Extra-Brut, donc).

Sont arrivées depuis deux nouvelles cuvées :


Cuvée 'N, un blanc de noirs vineux et frais à la fois, qui demande à vieillir un peu pour atteindre son optimum, mais qui est déjà très bon (lire ICI).


Cuvée '3C comprenant les 3 cépages "classiques" de la Champagne (45 % Pinot Meunier, 30 % Chardonnay et 25 % Pinot Noir). Un vin équilibré, avec un dosage un peu plus marqué (6.5 g/l) tout en état très raisonnable. Et puis c'est le premier Champagne du domaine à être entièrement issu de raisins en conversion vers l'agriculture biologique.

Laherte


Cette cuvée Ultradition est une vraie-fausse nouveauté. C'est en fait l'ancienne cuvée Tradition qui a changé de nom et d'étiquette. Le message envoyé par la famille Laherte, c'est que cette cuvée n'est pas la laissée pour compte du domaine. Elle demande autant de soin que les autres et n'a rien à leur envier en qualité. Et il font tenir cela en deux lettres : Ul(tradition).



LOIRE


On démarre avec une appellation super confidentielle : Châteaumeillant. À cheval sur deux départements, le Cher et l'Indre, c'est la plus méridionale des appellations du Centre-Loire. Un de nos clients connaissait un néo-vigneron de cette appellation, Benoît Dutheil, qui lui a fait déguster son premier millésime. Il lui a dit : " il faut faire découvrir ça à Vins étonnants ! " C'est ce qu'il a fait : il est passé nous voir au mois de juillet. Et ça a été un vrai coup de foudre, pour ce vin, comme celui d'une collègue (si c'est pas fair play, ça...).


L'envie 2012 provient d'un terroir de mica-schistes sur granit, ce qui explique sa finesse et sa tension, avec un fruit superbe comme peut l'avoir du Gamay. Mais il s'exprime ici sans le côté "macération carbonique" qui  masque à mon goût la personnalité du cépage. Et il ne voit pas non plus de bois, encore plus "masquant". Que du fruit bien mûr (14 ° tout de même), une matière superbement travaillée, et sans maquillage. Une vraie réussite, donc.




Sur Coccinelle, on sent plus le côté "granit". Le vin est plus large et moins tendu que le précédent. Mais la matière est un peu plus concentrée, avec un velours plus profond, et toujours autant de fruit (et pas de bois !). Du très beau vin qu'il serait intéressant de mettre en pirate dans une dégustation. Peu le placeraient dans le Cher...

La pépière


Non, ce n'est pas du 2013(ou du 2003) qui n'a pas le droit d'indiquer son millésime et qui trouve un moyen tordu pour l'indiquer, l'air de pas y toucher. Ce 3 est en fait un 09 (= 3 x3, tout se tient...). Mais pourquoi 3 ? vous demandez-vous. Parce que cette cuvée assemble 3 terroirs complémentaires du domaine : 

Clisson : terroirs de granit 
Chateau-Thébaud : argilo-graveleux sur granit 
Saint-Fiacre : schistes à deux micas et grenat 

Il en résulte un vin dense, racé, avec une grande réserve de puissance qui devrait lui permettre de vieillir au minimum une décennie. Il est de surcroît d'une fraîcheur remarquable pour un vin du millésime 2009. C'est déjà très bon, mais on tient ici un futur grand vin !


BOURGOGNE



La Bourgogne est sur la route du Jura. Eric R. est passé chez Guy Bussière refaire le plein de Pinots noirs 2008 et 2011, mais a repris aussi le dernier millésime d'Arpège 2011, enfin embouteillé. C'est un assemblage  d'Aligoté et de Chardonnay qui se complètent bien (la tension et l'acidité du premier, la rondeur du second).

Chandon de Briailles



En contrôlant nos stocks de la prestigieuse maison, nous nous sommes aperçus que nous avions des millésimes anciens de certaines cuvées : Savigny les Beaune 1er Cru "Les lavières" 2001, Corton Grand Cru les Maréchaudes 2001, Corton Grand Cru Clos du roi 2001 et Corton Grand Cru (blanc) 2004. Des bouteilles à ouvrir pour les prochaines fêtes (ben oui, ça se rapproche vite, maintenant...)



Et puis il y a une nouvelle venue, Louise, dont nous vous parlons plus longuement ICI. Pour faire court, ce vin est très fin et élégant, tout en ayant un caractère affirmé en finale. 

JURA

Domaine des Cavarodes


Lors de sa virée jurassienne, Eric R. a ramené les derniers millésimes disponibles d'Etienne Thiébaud. Lire son reportage ICI.














Philippe Bornard


Eric est passé aussi chez Philippe Bornard, car il ne nous restait presque plus rien. Il a pu récupérer quelques anciens millésimes remis en vente :


La chamade 2005  (ploussard)


Les Marnes 2007 (Savagnin non ouillé)


mais aussi des magnums de pétillants naturels (il ne reste plus grand chose, déjà...) aux noms qui se répondent ;-)





Et puis sinon :







RHÔNE


Clos de la Bonnette


Comment, vous ne connaissez pas le Clos de la Bonnette ??? Normal. Le domaine est tout récent, puisqu'il provient de parcelles longtemps à l'abandon, remises en activité depuis peu par un maraîcher à la retraite. Comme l'homme a eu l'habitude de travailler dur toute sa vie, ça ne lui pose pas de problèmes d'entretenir les terrasses à coup de pioche et avec un motoculture "modifié maison" digne de Géo Trouvetout ou du Professeur Tournesol (mais qui marche impec')








Eric Texier




Adèle 2012  : un blanc sec 100 % Clairette, fruité et léger. Nous donnons plus de détails ICI.


Roussanne Brézème 2012 : une cuvée issue d'une parcelle de Roussanne exposée plein sud (au nord de l'appellation Brézème), vinifiée et élevée en barrique de 4-5 ans. A la fois grasse et minérale. Y en a plus pour l'instant ... mais elle reviendra dans un bon mois.



Opâle 2012 : un "vin" fait dans l'esprit d'un Riesling mosellan, si ce n'est que ce process n'est pas reconnu en France : il n'y a pas assez d'alcool (6.5 %) pour être reconnu comme un vin à part entière. Nous avons donc affaire à une "appellation" bien connue à Vins étonnants : Opâle est un "moût de raisins partiellement fermenté". C'est vif, frais, léger comme une plume d'ange... mais le nom était déjà pris. Et comme Eric Texier est quelqu'un de courtois... ;-)



Chat fou 2011 : un Côtes du Rhône pas comme les autres, puis qu'il s'inspire de ses voisins de Côte Rôtie et d'Hermitage en incluant dans son assemblage 20 % de raisins blancs  (Marsanne et Roussanne, 'videmment). Sinon, l'on retrouve 50 % de Grenache, 15 % de Carignan et 15 % de Cinsault. Il en résulte un vin à la couleur étonnamment claire pour un vin de la région, au nez poivré/fumé, et à la bouche fine et digeste, aux tannins imperceptibles (le vin fait moins de 13 °, une rareté dans le secteur, surtout avec 50 % de Grenache). Lire notre article ICI.


Vaison la Romaine 2011 :  un peu dans l'esprit de Chat Fou pour ce qui est de la finesse,  ce vin provient de vignes de Grenache Noir situées à Vaison la Romaine à 300 m d'altitude.  Un vin un peu dans l'esprit du domaine des Tours, sur la fraise confite et le le tabac, avec une chair fine et sensuelle. Un très bon vin pour moins de 10 € ! (lire notre article ICI)



St Julien en St Alban jeunes vignes 2012 : le hasard fait étonnamment les choses. Alors que Cyril Alonso annonçait qu'il ne se fournirait plus en chez les Darbystes pour sa cuvée Marne bleue, voilà qu'Éric Texier propose une cuvée 100 % Syrah provenant de ces mêmes Darbystes. On est dans le plus que bio, puisque les Darbystes ne s'autorisent à utiliser que des plantes pour soigner les plantes (donc ni cuivre ni soufre, et encore moins de pesticides chimiques).



St Julien en St Alban vieille serine 2011 : cette vielle serine - forme primitive de la Syrah –  provient de la même communauté Darbyste, et donne un vin digne d'une Côte Rôtie. Cela devrait intéresser tous les amateurs des vins rhodaniens.


Côte Rôtie vieilles vignes 2011 : issue de vieilles vignes (50-70 ans) de la Côte Brune, provenant de terrasses abruptes travaillées à la main. Vinification en cuve avec macération préfermentaire suivie d'un élevage en fûts de 1-3 vins durant une vingtaine de mois. Il faut la boire sur le fruit dans les mois qui viennent ou patienter car elle va probablement se refermer pour ne s'ouvrir à nouveau dans 5-6 ans.


LANGUEDOC

Jeff Carrel


On pourrait reprendre un vieux slogan de Sony en écrivant "vous en aviez rêvé, Jeff Carrel l'a fait", si ce n'est qu'il est peu probable que vous ayez rêvé de boire un jour un 100 % Piquepoul noir, n'en soupçonnant même pas l'existence. Eh bien, Jeff Carrel l'a fait tout de même. Et il a bien fait : ce Piquepoul noir est d'une gourmandise diabolique, avec des tanins imperceptibles, et un fruit explosif. Et vu qu'il est obturé avec une capsule à  vis, vous n'avez pas même pas l'excuse d'avoir perdu votre tire-bouchon pour ne pas l'ouvrir ;-) Plus de détails ICI.


Jeff Carrel a également inventé un nouveau concept : l'assemblage monocépage. Dans les appellations languedociennes, comme ici Corbières, l'assemblage est LA norme. Jeff l'a donc respectée en assemblant 80 % de Syrah ... à 20 % de Syrah. Vous obtenez ainsi un Corbières 100 % Syrah. Et à quoi ressemble cet entêté ? Vous le saurez ICI


Jeff avait vanté la qualité de son Viognier 2012  sur sa page Facebook. Cela a éveillé notre curiosité. Nous avons donc demandé un échantillon. Nous l'avons trouvé très bien, avec les qualités d'un Viognier (une aromatique avantageuse) sans les défauts (la lourdeur, le too much). À 6 €, c'est un rapport qualité/prix vraiment top !

Jean-Louis Denois


Il nous l'avait annoncée il y a quelques mois. Elle est arrivée : la cuvée Bulles de Syrah. Un Blanc de noirs 100 % Syrah. Du jamais bu sur notre planète, ni probablement sur les autres. Ça pourrait être juste bizarre.  Ça réussit à être franchement bon : la bulle est fine, pas du tout agressive. Les arômes sont intenses et fruités. On se régale. Plus de détails ICI.


Jean-Louis Denois est à cheval sur les régions Languedoc et Roussillon. Cela se ressent maintenant sur ses cuvées qui offrent des assemblages inattendus : Les oliviers 2012 comprend par exemple du Chardonnay et du Chenin de la Haute Vallée de l'Aude et du Muscat des Fenouillèdes. Le résultat est rond, frais et très aromatique, avec une belle tension. Un vin qui se prêtera soit à l'apéritif ou avec un curry de volaille. À noter que 2012 est le premier millésime BIO du domaine (il était avant en conversion).



Même principe sur le rouge avec Garrigues 2011 : le Merlot, le Cabernet Franc et le Cabernet Sauvignon viennent de la Haute Vallée de l'Aude. Le Grenache noir et la Syrah des Fenouillèdes. Le tout donne un vin  à la fois rond, frais et épicé, au superbe rapport qualité/prix (5 €).



Ce Cabernet-Sauvignon 2010  n'est pas un "vin étonnant" à proprement parler, si ce n'est qu'un Cabernet Sauvignon avec cette belle maturité et cette fraîcheur, c'est plutôt rare ! Ce vin est le prototype de ce que peut offrir ce cépage lorsque son mûrissement est optimal, ce qui est assez rare dans sa région d'origine de Bordeaux, hormis sur les graves médocaines. La différence, c'est qu'il est là-bas systématiquement assemblé avec plus ou moins de Merlot, alors que Jean-Louis Denois nous l'offre pur. Et c'est quand même une sacrée baffe : un nez sur le cassis, la feuille de tabac, une touche de cèdre et de menthol. Une bouche droite, tendue, fraîche, enrobée d'une matière dense et mûre aux tanins bien polis. Une finale fraîche, tonique, entre menthe, eucalyptus et épices. Vraiment un très joli vin qui peut servir de référence pour ce cépage dans les cours de dégustation. Il peut être intéressant de réaliser un assemblage avec un Merlot (LUI, par exemple) pour comprendre comment ces deux cépages se complètent.

Nous avons dégusté le Merlot et le Cabernet-Franc du même domaine : ils devraient rejoindre leur grand frère, car ils sont de la même veine. De très belles expressions du cépage, alliant fraîcheur et maturité.

SUD OUEST

Château Plaisance (Fronton)

Une commande groupée en provenance du Sud-Ouest nous donne l'occasion de prendre quelques vins du Frontonnais complémentaires à ceux que nous avons du Roc. Le domaine de Marc Penavayre est en bio, ce qui ne gâte rien. Il y a donc un BIB de 5 litres, histoire de varier un peu de nos BIB languedociens. Du rosé, composé de Négrette, Syrah et Gamay, et un moelleux, Maelle, assemblage de Sémillon, Chenin et de Liliorila (si, si, ça existe).

Domaine Plageoles


Descendons de quelques kilomètres jusqu'à Gaillac et son Mauzac qui se décline en sept couleurs. Cette fois-ci, c'est le Roux 2011 dans une version moelleuse, aux arômes de verveine et de tilleul. Dépêchez-vous d'en boire avant vos 50 ans, histoire de ne pas avoir le sentiment d'avoir raté votre vie (il y a un lien avec qui vous savez : le R de RSCG, c'était ... Roux !)

Nous avons également référencé, entre autres, les vins du Mas des Caprices en Fitou et des Terrasses de Gabrielle en St Chinian. Nous vous en parlerons dans le tome 2 de la lettre. Ceci dit, vous pouvez déjà jeter un oeil sur les reportages réalisés sur place cet été...























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire