Newsletter de mai

Un mois s'est écoulé depuis la dernière lettre, nous essayons de garder la cadence d'une lettre mensuelle.

Au programme, la tournée de livraison Belgique/Luxembourg de fin mai, les actualités de Vins Etonnants et les nouveautés.


Nous vous rappelons que  nous avons mis en place un compte twitter qui fera un lien vers les billets du blog, annoncera les nouveautés  et les réapprovisionnements dès qu'ils seront disponibles. 



Une tournée de livraison est prévue sur la Belgique et le Luxembourg entre le 23 et 25 mai et vous permettra d'être livrés en main propre par nos soins pour un forfait de livraison de 11€ seulement (12 bouteilles minimum). Pour ce faire, vous avez jusqu'au 20 mai 12h pour passer commande et veuillez choisir le mode de livraison "Tournée Bel/Lux fin mai 2016" .



Afin de pourvoir vous offrir un site spécifique pour écran fixe et également de référencer des vignerons supplémentaires, nous allons faire appel à la société de financement participatif Fundovino. Lancement de la campagne prévu en juin ou en septembre avec une contrepartie en bons d'achat. Par exemple , pour 100€ versés 110€ en bon d'achat. Vous en saurez plus à la prochaine lettre !


En matière de nouveautés, les 2014 et 2015 continuent d'arriver. La gamme de Stoeffler a été étoffée avec l'arrivée de vins sans sulfites ajoutés. Nous avons référencé des nouveaux producteurs : Antoon Jeantet Laurent (Côte Rotie et Languedoc), Domaine la Cabotte (Rhône), Château Fontvert (Luberon) et Domaine des Coteaux de Travers (Rhône) et Domaine Bordatto (Irouléguy).

À venir d'ici peu : Clos du Trias en Ventoux, François Pinon en Vouvray, Domaine de la Roche Bleue à Jasnières et Olivier Pithon en Roussillon, entre autres.

Mais voici les nouveautés depuis un mois...

CHAMPAGNE

Françoise Bedel


Nouveau millésime pour Comme Autrefois. Nous passons en 2003, une année que le domaine a su très bien gérer. Pas de lourdeur ou de déséquilibre. Juste une belle richesse parfaitement compensée par la tension et minéralité. L'élevage de 11 ans sur lies (bouchage liège + agrafe) lui a apporté une grande complexité. Du très beau Champagne pour un prix évidemment pas donné (65 €) mais tellement moins déconnant que nombre de  grandes cuvées de prestige, nettement plus onéreuses alors qu'elle ne lui arrivent pas à la cheville (ça peut se comprendre lorsqu'on sait que certaines sont produites à plusieurs millions d'exemplaires).

ALSACE

Vncent Stoeffler


En plus du retour du Kirchberg de Barr et du Crémant Nature, voici deux nouvelles cuvées de la série "nature" : Un Riesling 2012 et un Sylvaner 2015. Le premier est riche, concentré, marqué par les fruits blancs séchés (pomme/poire/coing) et le ... Yuzu, rappelant furieusement le Grittermatte de Meyer. La bouche est séveuse, avec une astringence et amertume finales bien marquées.  Pour les amateurs de vins corsés ! Le second, au contraire, est un hymne à la fraîcheur et à la spontanéité. C'est friand et  savoureux, tout en pressentant du fond, même s'il est encore discret. Dans un an ou deux, il devrait gagner en complexité. Les deux vins sont à des prix très abordables (respectivement 10.90 et 9.90 €)
Julien Meyer


Il est toujours intéressant de goûter côte à côte les cuvées Nature et Mer & Coquillages (plus dispo... ou pas encore, c'est selon). À 80 %, elles sont identiques (c'est le même lot de Sylvaner). Patrick ajoute dans Nature du Pinot blanc et dans M & C du Riesling. Et ça change tout !

Nature est plus charnu,  plus rond, avec des notes fumées et épicées. Un vin d'apéro, de cochonnaille (andouille de Vire, Cervelas..) mais qui doit bien aller aussi avec une volaille crémée. 

Nous avons reçu en même temps de nouvelles bouteilles de Riesling GC Muenchberg 2013

Roland Schmitt


Le Pinot Noir de Schmitt (appelé aussi Schmittou alsacien) est de retour. Aromatiquement, on sent que les raisins ont mûri sous le soleil ardent de 2015: le nez évoque la compote de quetsche épicée. En bouche, la matière est ronde, veloutée, fraîche, avec ce bon goût de prune mûre. Cela se conclut sur une mâche gourmande fruitée/épicée. On s'écarte franchement du Pinot bourguignon, mais c'est loin d'être un défaut. Même s'il a un peu augmenté – il a franchi de peu la barre des 10 € – cela reste un bon rapport qualité/prix.


En parlant de RQ/P, nous avons reçu de nouveau des Bulles de Noémie. L'étiquette est "particulière" on va dire, mais c'est une "bulle" vraiment très sympa, équilibrée et rafraîchissante.


LOIRE

La pépière


Le Château-Thébaud 2012 est enfin mis en bouteille ! Vous remarquerez au passage le relooking de l'étiquette qui s'aligne sur les autres crus communaux : Clisson et Monnières Saint-Fiacre (et bientôt Gorges!...). Il y a deux ans, nous vous avions dit que 2012 était une année exceptionnelle en Muscadet (rendement ultra-faibles). Cela se sent sur cette cuvée qui allie maturité, densité et fraîcheur. La mise récente lui a été bénéfique, lui donnant une grande tension. Il est très bon dès aujourd'hui et sera grand demain. Lire l'article sur notre BLOG.

La mise est également récente pour la Pépie Cabernet Franc 2015 et la Pépie Côt 2015. Autant cela n'a pas affecté le Cabernet qui est d'une rare gourmandise/jutosité. Autant le Côt, plus puissant, s'est sévèrement resserré. Il est conseillé d'attendre quelques mois avant d'en ouvrir. L'attente devrait être payante : il y a rarement eu d'aussi beau Malbecs au nord de la Loire.

Clos du Tue-Bœuf


Le P'tit blanc du Tue-Boeuf 2015 est bien typé Sauvignon. Il s'adresse aux fans de ce cépage qui découvriront une expression très originale, d'une fraîcheur explosive, sans côté "nature".  Le Cheverny Rouillon 2015 est un peu comme le Côt de la Pépière. Il n'est pas encore en place, mais devrait faire une belle bouteille d'ici quelques mois.

LOIRE

Etienne et Claude Courtois


Les nouveaux Racines de Courtois sont arrivés, en  blanc comme en rouge.

Philippe Gilbert


Déjà, les rouges de Philippe Gilbert sont d'une rare finesse. Avec Préambule 2015, le vigneron de Menetou pousse encore plus loin l'évanescence pour arriver à un vin très aérien, avec un fruit délicat, une touche florale et de la fraîcheur. 


BOURGOGNE

Vini Viti Vinci


Après ce préambule, ce Bourgogne Epineuil Vals Noirs 2014, également 100 % Pinot noir paraîtrait presque viril. C'est relatif, car ce vin est rond et frais, avec un fruit très expressif. Une gourmandise !

Naudin-Ferrand


Nous nous haut-de-gammisons, à Vins étonnants. Comme  nous trouvons des clients réguliers pour nos Corton-Charlemagne et autres champagnes à plus de 100 €, nous devrions trouver preneurs pour notre Echezeaux Grand Cru 2014. Cela reste "relativement" raisonnable. Et lorsque l'on voit ce que Claire Naudin-Ferrand réussit à produire en "simple" Côtes de Nuits/Beaune, on n'ose imaginer en Grand Cru. Sinon, Orchis, Viola et Myosotis sont de retour sur le beau millésime 2014. Les prix sont en hausse, hélas. La rançon d'un succès grandissant... 

Tripoz 


L'Aligoté 2015 possède une grande vivacité, avec un côté tendu/traçant. Vous pourrez l'utiliser comme vous le feriez d'un Muscadet (huîtres, fruits de mer) ou d'un Riesling d'autrefois (choucroute). Pour l'apéro, c'est un peu strict. Pour le coup, la crème de cassis l'égaierait un peu.

Le Bourgogne Les Chênes 2014 est un beau représentant de ce millésime alliant maturité et fraîcheur. Plus les années passent, plus le chêne devient discret dans son aromatique. Bientôt, il va falloir changer le nom de cette cuvée... Le Bon ? Ça lui irait bien, mais c'est déjà pris par Ballorin...


RHÔNE NORD

Antoon Jeantet-Laurent


S'il y a bien une personne qui connaît Côte-Rôtie, c'est Antoon. Natif de la Vienne, il a fait ses premières expériences vigneronnes dans cette  appellation et ses premières vinification chez Guigal. Lorsqu'il a démarré il y a trois ans son activité de "micro-vigneron", il ne pouvait que se lancer dans la production de Côte-Rôtie (complétée par Condrieu, Chablis, Nuits-Saint Georges ... et Saint-Georges d'Orques). Réunissant quelques arpents de Côte blonde et Côte brune, il en fait sa synthèse personnelle. On peut lui faire confiance sur le choix des barriques utilisées pour l'élevage. Il a travaillé plusieurs années comme expert chez un tonnelier charentais.

Vous pouvez aussi acheter sans hésiter son Climat rosé 2015  provenant de Saint-Georges d'Orques, terroir ultra-frais qui apporte beaucoup de tension au vin. On croirait presque du Riesling, si ce n'est qu'il est plus épicé en finale ;-)

David Reynaud


Le Crozes Hermitage Les Croix 2014 est une belle réussite : une Syrah à la maturité aboutie, tout en restant soyeuse et élégante. Déjà délicieux maintenant, et sûrement encore meilleur dans 4-5 ans.

RHÔNE SUD

Il y a dans cette région un lot de nouveautés car nous travaillons désormais avec un groupement de vignerons en biodynamie dont fait partie le Clos du Joncier, déjà référencé depuis l'année dernière.

Coteaux des Travers



Depuis de nombreuses générations, la famille Charavin travaille sur Rasteau, complétant leur gamme avec quelques vignes à Cairanne. La conversion du domaine à la biodynamie s'est fait en 2010. Ce qui nous a fait craquer sur leurs vins ? Leur finesse et leur fraîcheur, avec des tannins soyeux, aussi bien pour le Cairanne 2014 que pour le Rasteau Labartalas du même millésime. Nous avons complété la commande par deux grandes gourmandises : le Rasteau blanc 2014 , frais et exotique, et le  Rasteau tuilé 2009 d'une grande complexité aromatique (dattes, écorce d'orange, café...).

Château Fontvert


Si ce domaine du Lubéron est dédié à la viticulture depuis plusieurs siècles, la famille Monod ne s'est lancé dans les vinifications que depuis 2001, construisant pour cela un cuvier doté d'outils performants (pressoir pneumatique, thermorégulation) et d'un chai à barrique climatisé. L'agriculture bio s'est étendu à l'ensemble du vignoble en 2008 (et la biodynamie à partir de 2009). Là aussi, les vins nous ont séduits par leur finesse ... et leur superbes rapports qualité/prix. Les trois Restanques (rosé, blanc, rouge) sont à moins de 8 € la bouteille ... et de véritables petites tueries. Et le Château Fonvert 2014 est un  vin racé, riche, complexe, tout en étant frais et équilibré. À goûter impérativement !

La Cabotte


Amoureux de la Provence et des vins de la vallée du Rhône, Gabriel d’Ardhuy, vigneron et propriétaire du Domaine d’Ardhuy en Bourgogne acquit en 1981 une propriété de 45 hectares d’un seul tenant au cœur du Massif d’Uchaux, au nord-est du Vaucluse. Il confia la propriété à Marie-Pierre, l’une de ses 7 filles. elle a réhabilité patiemment ce terroir en partie à l'abandon, refaçonné des anciennes terrasses et redonné à ce Domaine sa vocation d’antan : la vigne. Grâce à ce travail, le Domaine la Cabotte compte 30ha de vignes parfaitement exposées aptes à une viticulture de qualité. En 1986, son  époux Eric Plumet se lance dans l’aventure à ses côtés.


Là aussi, les vins nous ont convaincu par leur fruit et leur finesse, alliant la gourmandise et la profondeur. Rien que la Colline rouge, leur "petit" vin est vraiment tip-top. Et Garance 2014 a une classe assez incroyable pour une bouteille à 10.90 €. 

Clos du Joncier


Il ne faudrait tout de même pas oublier le Clos du Joncier dont  nous avons reçu le nouveau millésime d'O. Sur le millésime 2014, ce 100 % Grenache a plus de corps, de fruit et de fraîcheur. Tout en restant un vin plutôt souple et facile à boire. Il sera parfait avec des grillades, pizzas, salades d'été...

LANGUEDOC

Jean-Louis Denois


Jean-Louis Denois a attendu avant de sortir cette éclipse 2011 Extra-Brut. Plus de trois ans sur lattes, puis un repos de plus de 6 mois après le dégorgement. Cela en valait la peine. Cette cuvée Chardonnay/Pinot noir joue sans complexe dans la cour champenoise. Cela reste tout de même une bulle pour amateurs, car son tranchant est sans concession, même s'il est équilibré par une matière bien mûre (lire ICI).


Cette cuvée Cabernets 2014  assemble son Cabernet Franc et son Cabernet Sauvignon qui n'existeront plus séparément. C'est un peu dommage, car ces cuvées en monocépage étaient des plus didactiques. Poursuivant sa quête de pureté, Jean-Louis Denois a totalement abandonné ici le bois, le remplaçant par des cuves inox et des jarres en terre cuite. Il ne reste que le fruit et les épices naturels des deux cépages, sans parasitage. Les sulfites sont également modérés, puisque nous sommes en dessous de la barre des 40 mg/l de SO2 total. Le résultat est des plus réussis (lire ICI).


Après une année plutôt mono-cépage dans les cuvées Saint-Paul, Jean-Louis Denois est revenu à de l'assemblage, en rouge comme en blanc. Le Blanc 2015 qui associe Chardonnay (35 %) Muscat (20 %)  et Syrah (45 % !)  ne ressemble à aucun vin connu. Nous en parlons ICI. Le rouge 2014 réunit le Merlot et la Syrah, avec une pointe de Grenache noir. La matière est dense, fruitée, épicée, sans le moindre défaut malgré la non-utilisation de SO2. Par contre, il demande à être encore un peu attendu (ou carafé). 


Jean-Louis Denois a ressorti de ses réserves quelques caisses de Grande cuvée 2008. C'est intéressant à plusieurs titres : 

- cela permet de voir à quoi ressemble une Grande Cuvée lorsqu'elle est bue à son optimal : le nez gagne en complexité, sur des notes très bordelaises de cèdre, de truffe et de cigare, mais aussi d'épices et de Moka. La bouche dévoile des tannins affinés par le temps. Ce vin pourrait passer sans souci dans une soirée "GCC de la Rive droite" (et ne serait sûrement pas la moins bien notée).

- cela permet aussi de constater l'évolution du style de vinification de Jean-Louis Denois". Depuis 3-4 ans, il a levé le pied sur le bois, mettant le fruit plus en valeur. Ce sera passionnant de voir comment ces "nouveaux vins" évolueront à leur tour.

Jeff Carrel


Il y a moins de nouveauté chez Carrel ce mois-ci, mais celle-ci est d'importance : le Pinot Noir 2015 est disponible ! Un peu plus concentré que 2014, mais tout en restant très bourguignon dans l'esprit. Difficile à croire qu'il vienne du Languedoc (lire ICI).

ROUSSILLON

Stéphane et Marjorie Gallet


Marjorie et Stéphane Gallet passent une partie de leur temps libre à dénicher des vieux fûts de Rivesaltes et de Maury que les vignerons n'ont pas su valoriser. Ils rapatrient les meilleurs dans leur chai pour les embouteiller. Ce Maury 1996 fait partie des lots les plus jeunes.

La robe est tuilée aux reflets dorés. Le nez est complexe et intense sur le café, l'orange confite, le raisin de Smyrne et le toffee, avec une touche de sous-bois et d'épices. La bouche est douce,  tendue et équilibrée par une très belle acidité. Finale complexe et longue, d'une étonnante fraîcheur.


BORDEAUX

Champ des Treilles


Un passage au domaine début avril a permis de récupérer quelques cartons de Vin Passion et de Grand vin 2014. Le blanc est dans la continuité des précédents : fin et rafraîchissant, sans que l'un des trois cépages domine. Il faut savoir qu'il contient du Sauvignon (lire ICI). Le rouge est encore un "bébé". Mais il est bien né et a été bien élevé. On sent que c'est mûr. La matière est dense et veloutée, avec un élevage (boisé) en arrière-plan. S'il peut déjà être très agréable sur une côte de bœuf bien épaisse, il sera encore meilleur dans quelques années.


SUD-OUEST

Tirecul la Gravière


Le millésime 2013 a été très favorable à Andréa  qui est l'une des plus belles réussite en blanc sec du domaine. Cet assemblage unique de Sémillon et Muscadelle (sur calcaire très affleurant) lui apporte une grâce rarissime dans le Sud-Ouest, avec une aromatique subtile qui ne fera que se complexifier dans le temps. Lire l'article ICI.


Par ailleurs, nous avons remplacé la cuvée Madame 2006 par la Madame 2008. Cela vous permettra de la comparer avec la cuvée "Château" du même millésime. Le millésime 2008 est l'un des plus riches jamais cueillis par le domaine, et en même temps l'un des plus acides (été  frais). L'équilibre de cette Madame est juste magistral, évoquant plus une SGN "monstrueuse" de Riesling qu'un vin du Sud-Ouest. Pour tout dire, le préféré d'Eric B (qui a participé aux vendanges 2008).



Domaine d'Escausses/Enclos des Roses


Il y a 15 jours,nous devions vous annoncer que nous avions référencé l'Enclos des Roses 2009 d'Aurélie Balaran. Suite à ce billet, nous avons été dévalisés. Nous avons donc refait une commande au domaine ... qui est passé entre temps au 2010 ! L'aromatique est pour l'instant un peu marqué par l'élevage (moka, pain grillé) mais la matière est superbe, avec plus de fraîcheur/tension que 2009. Signalons que 24 h après l'ouverture, on ne sentait plus du tout l'élevage (c'est donc momentané). Pour le découvrir, lire ICI...

Causse Marines


Peyrouzelles et Greilles 2015 sont arrivés ! À peine arrivés, ils ont été dégustés : le rouge est d'une grande gourmandise, avec fruit très expressif et une matière fraîche et veloutée. Le blanc est rond, équilibré, dans un style plus naturel que nature. Un vin tout ce qu'il y a de zen.  Plus de détails ICI.

Domaine Bordatto


Ils sont arrivés quelques heures avant l'envoi de notre newsletter : les cidres basques du domaine Bordatto, issus de vieilles variétés locales. Basandere est plutôt rond, doux et fruité (apéro, dessert) alors que Basa Jaun est plus puissant et sec. Le domaine produit aussi un Irouléguy BIO qui est un pur régal !

VINS DE FRANCE

P-U-R


Artiste est de retour dans le beau millésime 2015. Ce 100 % Mourvèdre vinifié en "carbo"est peut-être encore supérieur à ses aînés. Une petite merveille à un prix tout doux (7 €). Il arrive avec un nouveau compagnon, le n°8, dit Audace. C'est un 100 % Marselan, croisement du Grenache et du Cabernet Sauvignon. C'est un vin qui a la rondeur du premier et la tension du second. Ca envoie pas mal, pour tout dire. Il est donc déconseillé aux âmes sensibles (mais fortement conseillé aux aventureuses !).

ESPAGNE

Bodega la Encina


Nous venons d'être réapprovisionnés en vins de la Bodega la Encina. Autant les rouges 2015  n 'ont pas trop apprécié leur mise en bouteille récente (réduits, serrés), autant le blanc, El Juncar, l'a très bien vécu. Il est abordable dès l'ouverture et ne fait que s'améliorer avec l'aération.

On est pourtant très loin d'un vin classique : il provient de très vieilles vignes de Forcallat blanc et de Macabeo (préphylloxériques). La vinification et l'élevage se font sans  le moindre  gramme de soufre, avec une macération pelliculaire, ce qui donne cette belle couleur rose pâle. Cette macération doit aussi lui permettre de résister à l'oxydation, car ce vin n'en présente aucun stigmate : frais comme un gardon ! Pour en savoir plus lire ICI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire