Newsletter mars 2013

Le clin d'oeil de Dominique...

Commençons par une photo de solidarité avec nos clients du nord de la France. Nous aussi, nous avons été touchés par la neige ... fin février. Au mois de mars, bien que notre village d'Ambazac culmine à  666 m d'altitude (le sommet que vous voyez sur la gauche), l'entrepôt est à 400m d'altitude "seulement", nous n'avons rien eu cette fois-ci. Une force obscure doit nous protéger ;-) et non pas le côté obscur de la force!

Pas de récits de voyage cette fois-ci (pour ceux qui les ont ratés, voir notre précédente newsletter). Il faudra attendre juin et les Off's de Vinexpo pour de nouvelles aventures...Suite à notre déplacement sur les salons languedociens, les vins de Sepp Moser sont attendus pour la fin de semaine prochaine et des Chianti italiens pour début avril...

Par contre, nous voyageons grâce à vous. Par exemple, via Facebook, nous voyons nos bouteilles bues en Finlande. 


Par ailleurs, nous avons reçu une proposition intéressante de l'équipe de P-U-R sur trois de leurs cuvées :


Entre -20 et -30 % selon la cuvée 

(voir le détail ICI)


Et voici donc les nouveautés !

CHAMPAGNE

Francis Boulard


Nous parlions il y a quelques secondes de Facebook. Restons-y. Un habitué de notre page nous  a suggéré au fil d'un échange de référencer des demi-bouteilles de champagne. Il se trouve qu'une commande chez Francis Boulard était en préparation. Dans les 5 mn, quelques cartons de  Murgiers Extra-Brut en demi-bouteille étaient rajoutés sur la palette. Merci Facebook !

JURA

Philippe Bornard


Nous avions eu quelques bouteilles de ce producteur l'année dernière, mais elles avaient été "pillées" en moins d'une semaine. Cette fois-ci, après avoir dégusté toute la gamme à la Dive, nous avons craqué pour une bonne partie de ses cuvées, toutes d'un très bon niveau. 



Issu d'un terroir de graviers et marne rouge, donnant des vins plus légers que le Trousseau le garde-corps. Peut se boire dès maintenant, ou être gardé 10 ans sans problème. 


Provenant d'une parcelle de marnes grises donnant des vins riches et minéraux. 
Comme son nom l'indique, un Trousseau de garde.



Non, ce n'est pas un blanc de noir  ou un blanc de rouge. 
Enfin si, c'est un Blanc (Chardonnay) venant de la Rouge (la parcelle).
Il est ouillé et élevé pour partie en fûts, pour partie en foudre, histoire de ne pas trop marquer le vin.



Rassurez-vous, on parle bien de raisin ! Le Melon à queue rouge est un cousin du Chardonnay (et du Melon de Bourgogne) dont les rafles rougissent à maturité. Il engendre des très beaux vins  chez tous les vignerons qui persistent à le cultiver (cf Marguerite de Ganevat). Nous sommes ici sur un vin ouillé, élevé longuement en foudre. Et comment dire ... c'est une tuerie !


Savagnin ouillé certes, mais élevé pas moins de quatre ans en foudre avant d'être embouteillé. Il en résulte un vin superbe, complexe. Probablement l'un des plus beaux spécimens du Jura !


Issu d'une parcelle de marnes grises, comme le Garde Corps, lui apportant de la structure. Philippe Bornard n'est pas un grand adepte des vins oxydatifs, aussi ouille-t-il cette cuvée de Savagnin durant un an avant de lui laisser "prendre le voile" durant 3-4 ans. Du coup, le registre est plus fin et plus subtil que nombre de vins de ce type, sans le côté "éthanal", pas toujours sagréable. Un vin idéal pour s'initier (ou initier les rétifs) aux vins du Jura !



Le premier "Jaune" de Philippe Bornard puisqu'il s'est installé en vigneron indépendant en 2005. Il commercialisait des millésimes plus anciens, histoire d'en proposer dans sa gamme (un vigneron sans jaune, c'est comme une poissonnière sans filet de sole), mais c'était celui d'un voisin ... sous son étiquette.

Un nez puissant sur les fruits secs à coque, le curry, la fumée, une bouche impétueuse avec une belle acidité. Il faudra du temps pour assagir la bête.



Elaboré avec du Savagnin (non mentionné sur le site pour des raisons légales) cueilli à la Saint-Noé, soit le 10 novembre. Tardif, non ? C'est aussi le jour de la Saint-Léon. Mais l'Ivresse de Léon, ça aurait moins fait biblique... ;-)

Un vin d'une belle complexité aromatique, plus moelleux que liquoreux, souligné par une fine acidité. A déguster avec un Comté ou un Parmesan...


Crémant du Jura (Chardonnay)
 N'ayant plus de crémant de JF Ganevat ni de Tissot, 
nous vous proposons celui de Bornard pour patienter. Il y a pire punition, vous verrez...





BOURGOGNE

Domaine des Rouges Queues
(ou DRQ)


L'histoire démarre à la Dive. Alors que nous dégustons au stand d'Elian Da Ros,  celui-ci nous dit : "s'il y a UN stand à faire, c'est celui des Rouges Queues". Nous disant que le garçon ne doit pas avoir trop mauvais goût, à peine avons-nous avalé la dernière goutte de Sua Sponte que nous fonçons au stand de ce producteur bourguignon. 


Jean-Yves nous fait déguster toute sa gamme (enfin, pas le Maranges blanc, car il n'en produit que 300 bouteilles – une barrique). Et tout est vraiment trèèèès bon ! Même le Maranges rouge échappe à la rudesse des vins de cette appellation. Il y a une belle densité, mais ça reste très élégant. Moralité : nous avons pris toute la gamme ! Pour avoir les infos sur chaque cuvée, il faut cliquer sur le lien en dessous de l'image (et pas sur l'image !)

Les blancs





Les rouges









Nicolas Vauthier (Vini Viti Vinci)


Sur le millésime 2011, Nicolas Vauthier a fait classer l'ensemble de ses vins en Vin de France, histoire de se simplifier la vie, En fait, ce n'est pas beaucoup plus simple puisqu'il faut s'enregistrer à Agrimer (et payer des droits) pour pouvoir déclarer le cépage et le millésime. 


Grâce à cela, nous pouvons vous dire sans nous faire taper sur les doigts que c'est un Sauvignon de 2011, embouteillé à 89200 - Avallon. À vous de deviner quelle AOC aurait dû avoir ce vin ;-). Sur le blog, nous avons le droit de dire que c'est un Sauvignon de St Bris mais pas sur le site de vente en ligne!

Honnêtement, à l'aveugle, il est difficile de dire que c'est du Sauvignon tant on échappe au variétal tout en restant frais et "minéral" (oui, c'est un terme abusif, mais tellement évocateur). Il pourrait passer pour un Chardonnay mis en bouteille dans la même région...





Les rouquins 2011, c'est du Pinot Noir, provenant de vignes de 20 ans sur socle calcaire, cultivées en bio. Au nez, ça pinote sévère, sans la moindre déviation (sans sulfites ajoutés), sur la griotte, la pivoine et les épices. Si les tannins sont glissants en début de bouche, ils s'affermissent en finale. A attendre un peu, ou le déguster avec un plat solide.

Domaine de Thulon


Ce n'est pas une nouveauté à proprement parler, mais le dernier millésime disponible du Beaujolais blanc 2011 de ce domaine conseillé par Jeff Carrel, qui brille par la régularité de sa production (le domaine, pas Jeff Carrel. Enfin, les deux...). Il provient de vignes sur sol granitique exposées sud-est. La vinification et l'élevage se fait à 90 % en cuve et 10 % en barrique neuve, histoire de préserver le fruit. Et la malo est bloquée pour garder de la fraîcheur. Un vin frais et expressif, à boire plutôt sur sa jeunesse (bon rapport qualité/prix : 8 €).

LOIRE

Emile Hérédia


Entre son domaine de Montrieux la semaine et son domaine des Dimanches le dimanche, Emile Hérédia trouve le temps de travailler sur un troisième projet situé sur l'un des plus beaux secteurs du Vendômois, la Pente des Coutis. Un coteau exposé plein sud, juste en face de la ville de Vendôme. Presque à l'abandon dans les années 70-80, il reprend vie aujourd'hui grâce à 4 viticulteurs.


Avec une partie des Pineau d'Aunis, Emile élabore un nouveau pétillant naturel, Petill'Gris, très différent de Boisson Rouge (qui est à base de Gamay - Ah, au fait, il est de retour !). Un nez floral et épicé, avec une touche de petits fruits rouges, une bouche fine et élégante à la bulle délicate, finissant sur une légère douceur. Une grande réussite !

Signalons le retour du 





Grange aux belles

Les 2012 sont arrivés : 


Le Vin de Jardin , c'est le vin de soif par excellence : c'est un pur Grolleau noir vinifié en macération carbonique, à la fois fruité et épicé, et surtout très gouleyant. C'est d'ailleurs pour cela que nous proposons aussi la version magnum. Cela donne moins l'impression que la bouteille est percée.


La Chaussée rouge, c'est la version Cabernet-Franc du précédent. C'est plus riche, plus coloré, mais tout aussi gourmand. C'est pour cela qu'il y AUSSI une version magnum ;-)


Thierry Puzelat


Si nous n'avons pas le droit de l'indiquer sur le site, nous pouvons vous le dire sur le blog : ce  Pétillant Naturel est à base de Menu Pineau et de Chenin. Il a vieilli 4 ans sur lattes avant d'être dégorgé. Il n'y a pas eu de sulfites rajoutés, pas plus que de liqueur d'expédition. 100 % jus de raisin fermenté !


Le Menu Pineau La Tesnière 2011 est l'occasion de parler de cépage quasiment en voie de disparition. Appelé aussi Arbois, il est probablement de la famille du Gouais Blanc, progéniteur du Meslier St François, du Petit Meslier, du Chardonnay, du Gamay et de l'Aligoté. Il retrouve ses lettres de noblesse grâce aux talents de Thierry Puzelat. Il était pourtant très répandu dans le Loir-et-Cher et particulièrement bien adapté à la climatologie locale mais le Sauvignon Blanc lui ravit la vedette. Il disparut peu à peu pour atteindre aujourd'hui une trentaine d'hectares environ en production. 2 vignerons seulements présentent chaque année des cuvées 100% Menu Pineau : Thierry Puzelat et Claude Courtois. En effet, presque toute la production de Menu Pineau rentre dans les assemblages de pétillants de Touraine. Si vous trouvez les Chenins trop austères dans leur jeunesse, découvrez le Menu Pineau. La dégustation vous confirmera ses origines ligériennes par sa minéralité (qui va de pair avec l'aération), il présente un fruit plus expressif que les Chenins dans leur jeunesse, tout en gardant un potentiel de garde de 10 ans au moins.  


RHÔNE

Olivier B 


Les Amidyves rouge 2010 , c'est la générosité des Amidyves 2009 avec plus de fraîcheur. Il se boit déjà très bien aujourd'hui, mais pourra se garder sans souci une dizaine d'années.


LANGUEDOC

Jean-Louis Denois


Il n'y a que Jean-Louis Denois pour nous faire un Chardonnay Extra-Brut élevé 4 ans sur lattes, très faiblement dosé (3.8 g) sans que le vin fasse paraisse trop sec ... pour moins de 10 € ! Dégorgé en décembre, il n'est pas encore tout à fait en place, mais d'ici la fin de l'année, on devrait avoir une belle bouteille pour un prix imbattable.

Non seulement le vigneron a converti son domaine en bio depuis 2008, mais il s'essaie au sans-sulfites ajoutés depuis 2012, avec deux nouvelles cuvées (mais une bonne partie des vins de sa gamme devraient suivre dans cette voie. Pour plus de détail, vous pouvez lire cet article.


Les Vignes de Saint-Paul blanc 2012 est un 100 % Chardonnay issu d'une vigne à la frontière entre les Corbières et le Roussillon. C'est un vin plein de fruit et de fraîcheur, avec beaucoup de peps. Un vin qui convertira toute personne allergique aux sans-sulfites ;-)


Les Vignes de Saint-Paul rouge 2012 est assemblage de Merlot, Syrah et Grenache noir. Un vin rond, velouté, pulpeux, mêlant les fruits noirs aux notes plus méridionales (olive noire). Là aussi, difficile de croire que ce vin est "nature", car il est d'une grande pureté aromatique. 

Enclos de la Croix


Vous avez plébiscité l'Enclos de la Croix rouge (donc nous vous parlons ICI) et l'Enclos de la Croix blanc (un blanc de noir issu de Cabernet-Sauvignon !). Voici donc l'Enclos de la Croix rosé. De quoi se faire plaisir avec un vin en 3ème année de conversion bio et à 5.50€  la bouteille.

Emile et Rose


Lors de notre escapade à Millésime bio, nous avions découvert au stand d'Emile et Rose deux frérots au Carignan Blanc Tardif : le Carignan Tardif Rouge et le Carignan Tardif rosé. Dans les trois cas, ce ne sont pas des Vins Doux Naturels (avec ajout d'alcool), mais des Vins Naturellement Doux. À savoir des raisins biens mûr (17 ° potentiels) dont les sucres n'ont pas été transformés entièrement en alcool (environ 2°, soit 35g de sucres). D'où des vins moins sucrés et moins riches en alcool qu'un VDN classique. Nous vous mettons également à disposition un lot avec les 3 bouteilles.


Par ailleurs, nous avons choisi pour le millésime 2012 la "version cuve" du Carignan blanc, appelée la Rose d'Emile, car nous trouvons qu'elle a plus de fraîcheur et de tension que la "version barrique". Une qualité rare dans les vins du Sud que nous souhaitons privilégier. 



Nous
Enfin, signalons aussi l'arrivée de  BIB's de Merlot bio en  3 litres ou en 5 litres

(14 € pour le premier, 17 € pour le second)

Val Auclair


Toujours à Millésime bio, nous avions rencontré l'équipe du Val Auclair (à gauche et à droite du grand Monsieur au centre qui n'est autre que François de Nicolaÿ, propriétaire de Chandon de Briailles)

Nous avons alors découvert la cuvée Emma 2011, un vin blanc 100 % Macabeu provenant d'une seule parcelle de vignes de 65 ans. Alors qu'il est vinifié et élevé en barrique neuve, celle-ci se sent à peine. On est sur les agrumes, la mangue, les fleurs blanches, avec une juste une petite touche beurrée/briochée. Mais ce qui marque le plus, c'est sa minéralité droiture et sa fraîcheur. Un très beau spécimen de blanc du Sud réussi (et en bio, ce qui ne gâte rien).


Vignoble de Gaïa


Changement de millésime pour Légendes d'Automne 2012, un 100 % Roussanne cueilli en surmaturité, avec une finesse et une élégance rare pour ce cépage et cette région. À essayer sans hésitation.

Fons Sanatis


Là aussi, changement de millésime pour le Gren'H lot 20.10 de Benoît Braujou. Un vin toujours en finesse avec un très beau toucher de bouche. Les 100 % Grenache sont rares dans le secteur d'Aniane et ne peuvent prétendre à l'AOC. Ce qui explique qu'il est en Vin deFrance...

BORDEAUX

Champ des Treilles


Le Grand vin 2011 a été mis en bouteille il y a quelques semaines. Nous l'avons fait rentrer de suite car il est très rapidement en rupture. Il l'était d'ailleurs quelques jours après notre commande... Il est par contre conseillé d'attendre un peu avant de le boire, ou de la carafer au moins une heure (pas trop non plus...).

SUD-OUEST

Le Cèdre


Nous avions été dévalisés sur le millésime 2010 et nous avions dû attendre ensuite que le Malbec Vintage 2011 soit mis en bouteille. On est ici sur l'esprit d'un Maydie  avec un peu plus de finesse (le Malbec est moins tannique que le Tannat). Un vin idéal sur un dessert au chocolat ou aux fruits noirs.

Château Lassolle


Retour de la cuvée 3 S de Stéphanie Roussel. Par 3 S, il faut comprendre Sauvignon Blanc, Sauvignon Gris et Sémillon, à peu près à parts égales. Sur ce millésime 2010, cuvée moins atypique que précédemment avec une identité "blanc du Sud Ouest" plus marquée (avant, on était vraiment paumé...). Ce vin bénéficie de la rondeur et du gras du sémillon et de l'aromatique exubérante des Sauvignon (mais dans l'exotique, pas dans le buis/bourgeon de cassis). Une réussite !

Elian Da Ros


Le vin est une fête 2011 est un assemblage bordelais (50 % Merlot + les 2 Cabernets) avec en bonus la gourmandise et la buvabilité qui manquent souvent aux vins du coin. Voilà un vin de partage et de casse-croûte qui a le mérite d'être consensuel sans être mou.

Le Roc


Nous n'avons pas encore dégusté le nouveau millésime de la Folle noire d'Ambat. Mais il y a une forte chance qu'il soit aussi gourmand que les précédents. Pour ceux qui ne le connaissant pas encore, ce Fronton est un 100 % Négrette, LE cépage local aux arômes de mûre, de violette et d'épices.

Causses Marines


Traduction pour Rasdu 1002 : c'est 100 % Duras (un cépage dont nous vous parlions ICI il y a peu) et issu du millésime 2010. Hormis celle de Plageoles que nous venons aussi de faire rentrer (une merveille de finesse  !), il existe peu de cuvée uniquement à base ce cépage typiquement gaillacois. Celle de Lescarret est plus virile, et gagnera à être carafée ou attendu 2-3 ans, voire plus.

ESPAGNE

Mendall


Au Salon des Pénitents, Laureano Serres nous avons dégusté toute sa gamme, et avons découvert une nouvelle cuvée 100 % Tempranillo :


La spécificité de Jose Maria 2011, c'est son élevage en cuve, ce qui est rare pour ce cépage, souvent maquillé par le chêne américain dans les Rioja. Du coup, on s'aperçoit que le Tempranillo peut offrir beaucoup de fruit et de pétulance, et c'est vraiment une redécouverte de ce cépage. Le vin est bio et sans sulfites ajoutés.

PORTUGAL

Morgadio da Calçada


Nous vous avons aussi déniché un Porto introuvable en France, du fait d'une production très confidentielle : le domaine Morgadio da Calçada ne fait que 6 hectares, juché à 600 mètres d'altitude sur des sols de schistes. Les vignes, dont une partie dépasse le siècle, sont travaillées uniquement au cheval. Le propriétaire a confié les vinifications et l'élevage à Dirk Niepoort qui appose sa signature sur les bouteilles.



4 nouveaux venus : un Porto Dry White, un Colheita 1999, un LBV 2007 et un Vintage 2007.


Nous sommes toujours au Portugal, mais à Madère. Nous avons complété notre déjà large collection avec d'autres cuvées de Barbeito: un Boal et une Malvasia de 5 ans, et deux single casks, une Malvasia  de 1994 (barrique 276) et une Malvasia de 2001 (barrique 727). Et puis, nous avons aussi maintenant un Sercial 1995 de chez Blandy's.

BRÉSIL


Il y a quelques mois, nous vous avions promis l'arrivée de vins brésiliens...

... ILS SONT ARRIVÉS !


Nous avons fait rentrer deux vins de la Casa Valduga

avec des cépages improbables ... mais français ;-)

À votre gauche de l'Arinarnoa 

(croisement entre le Merlot et le Petit Verdot, ce ne sont pas des cépages hybrides mais métis)

À votre droite du Marselan

(croisement entre le Cabernet Sauvignon et le Grenache) 


  

et puis deux vins de la casa Pizzato :

À votre gauche, un Tannat

(oui, le cépage de Madiran)

À votre droite, un Egiodola 

(croisement entre le Tinta Negra Mole et l'Abouriou)

Pour avoir testé l'Arinarnoa (voir ICI) et le Tannat (voir ), ce sont des VRAIS vins, avec de la personnalité et un bel équilibre, un boisé juste, et pas des caricatures bodybuildées, surmûres et écoeurantes comme certains peuvent imaginer les vins du "nouveau monde".

GEORGIE



Nous avons référencés deux nouvelles références de vins géorgiens provenant d'autres producteurs que Pheasant's tears. Le premier est un vin blanc issu du cépage Chinuri (vignes de 50 ans et plus) dont les raisins ont été pressés de suite, et le jus fermenté en amphore. Contrairement aux autres, il n'y a pas eu de macération des peaux. Cela permet d'avoir une autre vision des blancs de ce pays. Sur notre site, vous pouvez voir une vidéo où le producteur est en train de desceller une Qvevri après 6 mois de fermeture totale. Cela explique pourquoi les vins sont très fermés à l'ouverture de la bouteille et nécessitent une longue aération.



Le deuxième vin est un rouge issu du cépage Chkhaveri  provenant de la région montagneuse d'Imereti, permettant d'obtenir des vins plus fins et plus frais que ceux de la plaine. Gaioz Sopromadze est en agriculture biologique certifiée.

 


Dernière minute 
Réassort en Trousseaux "antiques" de Camille Loye prévu semaine prochaine.

Oh Yeah 2012 et Les Darons 2012 début avril

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire